www.snuipp.fr

SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot

Navigation

Vous êtes actuellement : Archives 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Dans la même rubrique

31 mai 2010

Comment supprimer le plus de postes possible en 2011 - 2013 ?

Un document du ministère (qui devait rester confidentiel) remis aux Recteurs indique comment économiser des postes, partout, le plus possible et en essayant de pas trop faire de vagues ! Le ministère souhaite consolider le schéma d’emploi lors d’une rencontre nationale le 15 juin.

PREPARATION de la rentrée 2011 : des orientations dangereuses Il s’agit d’un document ministériel adressé aux recteurs d’académie (carte scolaire 2011). Il fixe le calendrier et les objectifs du « dialogue » entre l’administration centrale et les rectorats pour préparer la rentrée 2011.

Ce document vise à assurer le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux et énumère les différentes mesures dont le ministre exige l’examen et le chiffrage par les académies :
- Augmentation de la taille des classes : relèvement des seuils d’ouverture et de fermeture de classe regroupement des structures
- Réduction du besoin de remplacement : réduction du besoin de remplacement ouverture du vivier de remplacement
- Baisse de la scolarisation à 2 ans
- Sédentarisation des enseignants « hors classe » : enseignement spécialisé – RASED coordination/animation pédagogique personnels affectés à d’autres fonctions
- Intervenants extérieurs/assistants de langue

Nous sommes intervenus auprès du ministère pour dénoncer ces mesures dont certaines sont à l’oeuvre depuis 2002. Le ministre confirme la volonté de supprimer des postes : le non remplacement des départs en retraite se traduirait par une suppression de 17 000 postes au budget 2011 dans l’ Education Nationale. Les arbitrages nationaux (8000 dans le premier degré et 8000 dans le second degré ?), le cadrage budgétaire global, le niveau des recrutements aux concours 1er et 2 degré, le choix des leviers nationaux ne sont pas encore connus ils interviendront fin juin. La lecture des fiches contient la demande d’examen et de chiffrage de mesures nouvelles extrêmement dangereuses : - Modification du système de remplacement avec examen du recours aux non titulaires pour les remplacements courts. Est évoqué le recours systématique à des non-titulaires et des vacataires pour assurer les remplacements de courte durée ou pour faire face aux pics d’absences. Des objectifs chiffrés sont donnés : 80 % de non-titulaires pour des remplacements de moins de 2 jours ; 50 % de 3 à 5 jours ; 25 % entre 6 et 10 jours. - organisation autant que possible de la formation en dehors du temps de travail : La formation continue est la principale variable d’ajustement du remplacement. Il est envisagé de développer des sessions de formation en dehors du temps scolaire (le mercredi après-midi) ou pendant les vacances scolaires.
- hypothèse d’un recrutement nul des maîtres G et des psychologues scolaires et détermination d’un volume minimum des maîtres E- suppression d’un millier d’emplois d’assistants étrangers : il y a 1 059 emplois d’assistants étrangers et 1475,5 emplois d’intervenants extérieurs. Le ministère envisage une économie de l’ordre d’un millier d’emplois.
- poursuite de la baisse de scolarisation des deux ans là où le taux dépasse le taux moyen nationales : Peu de marges. Il n’y a plus que 11,6 % d’enfants de moins de 3 ans scolarisés dans le public et la baisse tendancielle de ce taux est déjà inscrite dans les prévisions d’effectifs. Il est demandé de ne pas tenir compte du nombre de moins de 3 ans scolarisés dans la détermination des seuils d’ouverture. Lorsque les départements n’utilisent plus de seuils d’ouverture en maternelle, le ministère fixe les seuils suivants : 27 élèves en éducation prioritaire, 32 hors éducation prioritaire.
- augmentation de la taille moyenne des classes : l’objectif chiffré est d’une remontée de 0,6 ou 0,7 élèves par classe, ce qui représente 6000 à 7000 postes. Le ministère compte y parvenir en augmentant la taille des écoles (fusion), en augmentant les seuils d’ouverture et en prenant en compte des entités plus larges que les écoles (exemple : nombre d’élèves à l’échelle d’une commune). - ….

Est-ce que le Lot est un département pilote ?

- Réorganisation des conseillers péda et des animateurs évoqué lors de la dernière CAPD
- Fusion et regroupement des écoles dans les documents de travail du CTPD
- Suppression de la formation continue telle qu’on la connaissait...

Il semblerait que notre hiérarchie suive ses indications à la lettre ! Qui peut croire que ces manoeuvres dont le seul but est de supprimer des postes puissent permettre la réussite de tous les élèves dans les meilleures conditions ? Si certains doutaient encore des intentions de ce gouvernement, les choses sont claires et nettes dans ce document : on "racle" des postes partout où cela et possible et même plus (à suivre la maternelle...).

A suivre des extraits du document cité.

 

8 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot, tous droits réservés.