www.snuipp.fr

SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot

Navigation

Vous êtes actuellement : Archives  / 2012-2013  / 2012-2013 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 octobre 2012

Rythmes scolaires : aller plus loin

Pour aller plus loin sur... les rythmes scolaires La perception des enseignants, la perception des Français de la réforme des rythmes scolaires, les rythmes scolaires en Europe, et si on parlait € ?

La perception des enseignants

A l’issue d’entretiens menés avec les enseignants notamment avec l’aide de Harris Interactive, plusieurs tendances se dégagent.

Les rythmes scolaires actuels jugés inadaptés à la réussite éducative des élèves et à la performance pédagogique des enseignants

Des rythmes scolaires jugés fatigants pour tous et source de stress à l’école Un rythme journalier chargé et alourdi par les activités périscolaires (garderie, aide personnalisée) La semaine de 4 jours jugée inadaptée pour les élèves, la perte du samedi matin étant décrite comme dommageable d’un point de vue professionnel mais profitable sur le plan personnel Un manque de régularité du rythme sur l’année, les enseignants plébiscitant l’application stricte de l’alternance entre 7 semaines de cours et 2 semaines de vacances

Une réforme des rythmes scolaires qui demeure floue, dont les enseignants semblent avoir du mal à se saisir.

Des enseignants pointant un vrai déficit d’information sur cette réforme, notamment de la part du Ministère de l’Éducation. Des enseignants ayant le sentiment que la réforme se fait sans eux. Amertume, fatalisme, manque de considération à leur égard, « échaudés » par les précédentes réformes relatives à l’École, décisions prises « d’en haut ». Une réforme suscitant beaucoup d’attentes mais face à laquelle les enseignants expriment des avis partagés. Un débat perçu comme complexe car mêlant des dimensions individuelles et collectives pour de nombreux acteurs. La conviction que cette réforme doit être intégrée à une réforme globale de l’École. Ensuite, les enseignants considèrent que la réforme des rythmes scolaires ne peut être qu’un élément d’une réforme plus globale, incluant les effectifs, les programmes, les enseignants spécialisés, l’évaluation, etc... Des enseignants conscients des enjeux de la réforme, mais qui éprouvent des difficultés à définir les contours d’une réforme idéale pour tous, tant sur le plan collectif qu’individuel. Le rallongement des vacances de la Toussaint pour atteindre deux semaines pleines fait consensus. Les enseignants sont très sensibles à l’impact de la réforme sur l’image de leur profession.

En conclusion

La conviction que l’intérêt de l’enfant a primé sur toute autre considération est la condition première à l’acceptation de la réforme par les enseignants. En reprenant les termes mêmes des participants, il est essentiel « que l’enfant soit au cœur de la réforme », ou encore « qu’ils s’appuient vraiment sur des études scientifiques, justement par rapport au rythme de l’enfant, et que ce soit ça qui soit pris en compte ».

Par conviction, parce que, comme nous l’avons vu, la réussite éducative est une préoccupation majeure des enseignants, et parce qu’ils croient aux valeurs de l’École républicaine, les enseignants estiment en effet qu’une réforme de l’École doit avant tout être bénéfique aux enfants. Ils considèrent également qu’il sera positif pour l’image des enseignants de montrer qu’eux-mêmes et leurs syndicats défendent avant tout les enfants, leur réussite, de montrer que c’est bien la préoccupation première des enseignants, même si bien entendu ils ne veulent pas être les dindons de la farce, il faut, comme on dit, du "gagnant-gagnant".

Comme nous l’avons souligné, l’impact de la réforme sur l’image de la profession est un enjeu fort aux yeux des enseignants.

Reste qu’il leur est important de savoir :

Ce qui est prévu à l’attention des élèves en difficulté à qui l’aide personnalisée est destinée aujourd’hui ; Dans quelle mesure la réforme des rythmes scolaires sera également bénéfique aux enseignants eux-mêmes, ou du moins que les enseignants ne seront pas « perdants » (augmenter le nombre d’heures sans contrepartie financière étant notamment jugé inacceptable). Quelles sont les perspectives, termes de conditions de travail ? Quelles seront les conséquences en matière de répartition de la charge de travail sur la semaine ? Si le rythme se préfigure apaisé, le stress diminué, la relation avec les élèves plus sereine… les conditions d’appréciation de la réforme en seraient renforcées.

PDF - 356.4 ko
perception_des_francais
PDF - 152.5 ko
comparaison_europe

 

28 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot, tous droits réservés.