www.snuipp.fr

SNUipp - FSU 46

Navigation

Vous êtes actuellement : Infos carrière 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 octobre 2012

Inspection : les textes, l’avis du SNUipp

Rappels d’après le texte sur les inspections individuelles (n°83-512 du 13 décembre 1983), l’avis du SNUipp, et un entretien avec M. Gonnet IEN, secrétaire général du Syndicat National des Personnels d’Inspection SNPI-FSU.

Ce que disent les textes (n°83-512 du 13 décembre 1983)

Toutes les visites des inspecteurs sont annoncées avec mention de leurs objectifs. L’inspection individuelle comprend un entretien approfondi avec l’enseignant d’une part, et l’équipe pédagogique d’autre part. Le rapport d’inspection porte sur l’ensemble des activités de l’enseignant. Le contexte dans lequel il effectue son travail fait l’objet d’une analyse. Le rapport d’inspection est adressé à l’enseignant dans le délai d’un mois. Il peut donner lieu à des observations de l’intéressé qui bénéficie d’un droit de réponse ; ces observations sont intégrées au rapport d’inspection. Les notes pédagogiques sont arrêtées après avoir été harmonisées au niveau national, académique ou départemental. Elles sont dans toute la mesure du possible, communiquées aux enseignants dans le trimestre qui suit l’inspection.

Ce qu’en dit le SNUipp-FSU :

L’évaluation, sous forme d’inspection individuelle sanctionnée par une note, est un dispositif perçu comme inefficace et infantilisant, insuffisamment respectueux des personnels et générant des inégalités. Le SNUipp-FSU réaffirme la nécessité de la disparition de la note dans les barèmes car elle constitue un élément supplémentaire d’inégalité des personnels dans les écoles. Pour le SNUipp-FSU, l’évaluation des personnels doit être conduite dans un objectif formatif, reposer sur des critères équitables et transparents, et ne doit en aucun cas reposer sur une logique de performance dont pourrait dépendre une rémunération ou une nomination. En mai dernier, le précédent gouvernement avait publié une réforme de l’évaluation des enseignants, unanimement décriée. Grâce aux mobilisations, cette réforme a été abrogée. Reste à remettre à plat l’ensemble du dossier de l’évaluation des enseignants des écoles, tant le dispositif actuel apparaît dépassé et peu transparent. Le SNUipp-FSU a porté ses exigences lors de la concertation sur l’école et continuera à le faire avec vous !.

Michel Gonnet, secrétaire général du Syndicat National des Personnels d’Inspection SNPI-FSU :

En inspection qu’observez-vous ?

M.G. : L’inspection doit établir une relation basée sur une confiance et un respect partagés. Étant liée à un jugement formalisé, elle peut avoir un caractère émotionnel important –surtout chez les débutants- et c’est pour cela qu’elle doit être préparée et codifiée. A cet égard, il est courant que les inspecteurs envoient des documents préparatoires à l’inspection. Ensuite, les enseignants comme les inspecteurs doivent avoir une définition commune de leurs devoirs réciproques et être assurés, les uns comme les autres, d’être écoutés. L’observation s’oriente ensuite dans deux directions. La première est relative au contrôle c’est-à-dire à la mise en œuvre des programmes et des différents dispositifs institutionnels et la seconde à l’évaluation des compétences professionnelles. Au-delà de ce qui se passe dans les séances, les inspecteurs sont très attentifs aux traces écrites individuelles et collectives des élèves et du maître ainsi qu’aux interrelations dans la classe et dans l’école. Enfin, l’inspection se poursuit par un entretien au cours duquel nous tentons de dégager ensemble des pistes de travail qui visent à améliorer l’action pédagogique ou, autrement dit, à identifier des marges de progrès.

Où peuvent se situer ces marges de progrès ?

M.G. : Pour ce qui peut concerner chaque enseignant, c’est variable et on essaie de les situer par rapport au niveau de maîtrise des compétences professionnelles. Celles-ci constituent à la fois une référence commune un point d’appui partagé. Avec un enseignant débutant, ce point est particulièrement important. Au-delà, c’est bien souvent le contenu du travail collectif qui est susceptible d’amélioration. Pour ma part, j’essaie de grouper autant que faire se peut les inspections individuelles dans une même école pour les prolonger par une réunion du conseil des maîtres où l’on fait part d’observations qui concernent toute l’école. On y aborde des points comme l’organisation du temps scolaire, les exigences communes en matière de vie scolaire et d’apprentissage de la citoyenneté, l’évaluation des acquis, la déclinaison des objectifs du projet d’école en termes d’actions traduites au niveau de la classe, du cycle ou de l’école, etc.

Quelle est votre conception du métier d’IEN ?

M.G. : Ma conception du métier est basée sur des valeurs qui sont pour partie les mêmes qui m’ont conduit à être d’abord enseignant comme par exemple la volonté de faire progresser tous les élèves sur le chemin de la culture, de l’autonomie et de la citoyenneté. Au SNPI-FSU, nous avons élaboré une charte pour une éthique des corps d’inspections dans laquelle nous affirmons les principes auxquels nous sommes attachés pour l’accomplissement de nos missions.

PNG - 97.7 ko
inspect

 

9 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp - FSU 46, tous droits réservés.