www.snuipp.fr

SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot

Navigation

Dans la même rubrique

13 novembre 2004

Communiqué du SNES du 3 novembre 20004

Le retour des punitions collectives ?

Le retour des punitions collectives ?

 A l’occasion de la mise en conformité avec les décrets de 2004 des dispositions relatives aux procédures disciplinaires, le Ministère de l’Education Nationale a cru devoir revenir sur la question des punitions scolaires.

 Une fois de plus, une circulaire paraît au B.O.sans consultation préalable des organisations représentatives des personnels et des usagers de l’Ecole.

 Si le texte rappelle le principe d’individualisation de la punition ou de la sanction, auquel le SNES est fortement attaché, il contient des formulations ambiguës en matière de gestion de la classe. S’il n’est pas scandaleux qu’un enseignant puisse infliger une punition pour « sanctionner le comportement d’un groupe d’élèves identifiés » dès lors que chaque élève concerné a bien été clairement identifié (ce que ne précise pas le texte), la possibilité de « donner un travail supplémentaire à l’ensemble des élèves » « quand les circonstances l’exigent » n’est pas sans poser problème. Le texte ouvre la porte à des interprétations multiples qui risquent d’aboutir à des abus. Pour le SNES il est hors de question que soient réhabilitées les punitions collectives.

 Une fois de plus le Ministre souhaite donner le signe d’une restauration de l’autorité à peu de frais, par voie de circulaire. Toutes les études montrent qu’il y a un lien entre le climat de travail au sein de la classe et les effectifs de celle-ci, la taille de l’établissement, le nombre d’adultes présents, le travail en équipe et la façon dont les questions éducatives sont traitées en lien avec les familles. La réussite des élèves et la restauration de l’autorité des enseignants supposent donc des mesures autrement plus ambitieuses qu’une simple circulaire.

 

79 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot, tous droits réservés.