www.snuipp.fr

SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot

Navigation

Vous êtes actuellement : Archives  / 2006/2007  / Commissions paritaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 février 2005

Déclaration du SNuipp46 au CDEN du 11/02/05

Depuis plusieurs années maintenant, le département du LOT montre sa vitalité puisqu’on scolarise de plus en plus d’élèves. 169 de plus sont attendus à la rentrée de 2005. La réponse à cette augmentation des effectifs est le retrait de 3 postes au département : 169 élèves de plus : 3 enseignants de moins. Quelle logique ? . Non, la dotation ne permet pas de maintenir les efforts qualitatifs qui répondent aux besoins des élèves. D’ailleurs vous en faites la preuve dans votre document : il faut ouvrir des postes pour les langues vivantes , il faut ouvrir des postes pour le français langue étrangère. Vous estimez à 11 le nombre de postes pour ces orientations nationales. Malheureusement, avec les restriction budgétaires, je l’ai dit en introduction,ce sont 3 postes qui sont retirés du département. Il faut bien trouver les postes quelque part. Et c’est là où la calculette entre en jeu avec 2 orientations que nous dénonçons. Les suppressions dans les écoles maternelles qui vont entraver la scolarisation des 2-3 ans. Cette scolarisation qui a culminé à plus de 60 % faisant du LOT, un exemple à suivre pour les autres départements. La suppression de postes dans l’Adaptation et intégration scolaire avec en majorité ceux qui concernent les élèves déficients : les PISI.. Ainsi dans de nombreuses écoles qui pratiquaient l’intégration scolaire ne verront plus les aides pédagogiques que constituait le passage du maître spécialisé. Là aussi le LOT avait été novateur. Tout ce travail de partenariat entre l’Education Nationale, les associations, va être saccagé en un tour de main. Les PISI étaient une réponse rurale à l’intégration scolaire. Cette carte scolaire que vous proposez, établie aux détriments des plus fragiles : les petits de 2-3 ans, les élèves en situation de handicap, les élèves en difficulté est catastrophique. A la FSU, nous jugeons qu’avec cette carte scolaire on touche le qualitatif : En quelques années notre P/E a chuté en dessous de la barre de 6 : 100 élèves encadrés par moins de de 6 enseignants. A chaque fois, on nous explique que c’est au nom de la solidarité, qu’il y a plus mal loti. A la FSU, on n’a jamais pensé que sous prétexte d’égalité, il fallait niveler par le bas. C’est bien dans l’Education Nationale qu’il faut investir en créant des postes et non en les supprimant. La carte scolaire que nous examinons aujourd’hui ne répond pas aux besoins des élèves, aux attentes des parents, aux préoccupations des enseignants. Cette carte scolaire est inacceptable. La profession dans son ensemble, les parents sont mobilisés. Ils l’ont montré le 20 janvier, le 5 février , le 9 février devant l’inspection académique, aujourd’hui encore devant la préfecture. Parce que à la FSU nous sommes exigeants sur la qualité de l’enseignement que l’on doit à tous ces jeunes, futurs citoyens que nous revendiquons :

 la limitation de l’ effectif à 15 élèves par classe de petite section en maternelle.

 la limitation de l’effectif à 25 élèves par classe dans les autres classes.

 l’alignement des seuils d’ouverture - fermeture de la maternelle sur ceux de l’élémentaire c’est à dire en comptabilisant les élèves de 2 ans .

 de tenir compte que les élèves de CLIS sont intégrés dans les classes de l’école élémentaire associée pour le comptage de l’effectif global de l’école .

 le maintien des interventions des MISI option D.

 le maintien et développement du dispositif -relais extérieur dans les collèges pour répondre aux besoins spécifiques des élèves en rupture scolaire.

 la création d’UPI dans chaque collège proche d’ une CLIS afin d’assurer la continuité éducative préconisée dans les textes .

 la nomination de postes de coordinateur (directeur) dans toutes les SEGPA à temps plein ou partiel selon les effectifs.

 

80 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot, tous droits réservés.