www.snuipp.fr

SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot

Navigation

Vous êtes actuellement : Archives  / 2006/2007  / Actualités 46 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
7 février 2005

Déclaration du SNUipp 46 au CTPD du 07/02/05

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Dans votre présentation de la carte scolaire, sur le document de préparation et en préambule vous estimez (on vous cite) que la dotation permet de maintenir les efforts qualitatifs qui répondent aux besoins des élèves.

Or, lorsqu’on regarde les mesures proposées, on s’aperçoit que les écoles maternelles et le secteur de l’AIS frappés de plein fouet, vont faire les frais de cette proposition de carte scolaire. Dans de nombreuses écoles maternelles la suppression d’un poste va empêcher la scolarisation des enfants de 2 / 3 ans. A la FSU, nous n’appelons pas ça répondre aux besoins des élèves. Dans l’AIS pas moins de 10 postes sont proposés à la fermeture notamment tous les MISI option D. Dans de nombreux cas, les élèves en difficultés et en situation de handicap intégrés dans les classes ne seront pris en charge que par l’enseignant et celui-ci n’aura plus le soutien du maître spécialisé. A la FSU, nous n’appelons pas ça répondre aux besoins des élèves. Dans les écoles élémentaires maintenir tous les postes aurait été un acte responsable qui permettrait un enseignement personnalisé et de plus grande qualité. Il est vrai qu’avec 3 postes en moins et 169 élèves en plus, il est très difficile d’établir une carte scolaire, nous en convenons bien volontiers, mais ce que nous constatons parallèlement c’est que votre proposition de carte scolaire répond avant tout aux priorités gouvernementales. Cette carte scolaire a été établie au détriment des plus fragiles : les petits de 2-3 ans, les élèves en situation de handicap et les élèves en difficulté. Le département qui accueille 500 élèves de plus qu’en 2000 a perdu 5 postes en 5 ans. Petit à petit, la situation se dégrade, les conditions d’exercice du métier deviennent de plus en plus difficiles , les directions ont du mal a être pourvues par des titulaires, et plus grave encore et qui devrait interpeller l’administration, les directeurs (trices) et même les conseillers pédagogiques quittent leur fonction pour prendre un poste d’adjoint. . En prenant connaissance de la carte scolaire, à la FSU, nous avons eu l’impression de lire un très mauvais scénario. Il y a quelques années, la mise en place des PISI dans le département avait permis une intégration à la fois efficace et innovante La dernière circulaire sur l’intégration avait d’ailleurs acté cette formule. (voir BO n°2002-111). C’était une réponse rurale à l’intégration des élèves handicapés. Le maître spécialisé avait un double rôle : formation, conseil auprès des maîtres, prise en charge partielle des élèves. Le LOT était un exemple pour l’intégration. Tout ce travail de partenariat entre EN et associations va être saccagé en un tour de main. …. Il y a quelques années, on citait le LOT comme un département où l’accueil des 2 -3 ans était exemplaire. C’était le temps où se mettait en place, tout le réseau de RPI qui couvre le département en s’appuyant particulièrement sur des RPI de 3 classes dont une classe maternelle. Ce système avait l’avantage de bien scolariser les enfants d’âge maternel. Les statistiques évaluaient à presque 60 % de 2-3 ans scolarisés. A l’heure actuelle, le LOT est descendu à 45%. Peut-on appeler ceci maintenir nos efforts qualitatifs ? En quelques années, notre P/E a chuté en dessous de la barre des 6 : 100 élèves encadrés par moins de 6 enseignants. A chaque fois, on nous explique que c’est au nom de la solidarité, qu’il y a plus mal loti. A la FSU, on n’a jamais pensé que sous prétexte d’égalité, il fallait niveler par le bas. L’éducation est un investissement d’avenir. L’Etat devrait y répondre en créant des postes et non en les supprimant. La carte scolaire que nous examinons aujourd’hui, loin de répondre aux besoins des élèves, aux attentes des parents, aux [souhaits] des collègues prépare des lendemains difficiles pour tous les acteurs du système éducatif lotois. Cette carte scolaire est inacceptable en l’état. La profession dans son ensemble est mobilisée. Elle l’a montrée lors de la journée de grève du 20 janvier avec d’après vos propres statistiques 75 % des personnels du premier degré en grève. La population scolaire augmente. A la FSU, nous sommes exigeants sur la qualité d’enseignement que l’on doit à tous ces enfants, à tous ces jeunes. Les enseignants donnent le meilleur d’eux même. Ce n’est pas en faisant avec moins qu’on fera mieux. Le nombre moyen d’élèves par classe en maternelle, si l’on regarde les écoles où vous proposez une fermeture va s’élever à plus de 25. Pensez-vous réellement que se sont là des situations favorables ? Après avoir « raclé les fonds de tiroir », cette année, avec moins 3 postes, on touche au qualitatif. La FSU s’opposera donc à toutes les fermetures et revendique : La FSU s’opposera donc à toutes les fermetures et revendique :

la limitation de l’ effectif à 15 élèves par classe de petite section en maternelle.

la limitation de l’effectif à 25 élèves par classe dans les autres classes.

l’alignement des seuils d’ouverture - fermeture de la maternelle sur ceux de l’élémentaire .

le maintien des interventions des MISI option D.

le maintien et développement du dispositif -relais dans les collèges pour répondre aux besoins spécifiques des élèves en rupture scolaire.

la création d’UPI dans chaque collège proche d’ une CLIS afin d’assurer la continuité éducative préconisée dans les textes notamment quand le collège possède de surcroît une SEGPA voir circulaire n°2001-035ELEVES HANDICAPES/ Scolarisation des élèves handicapés dans les établissements du second degré et développement des unités pédagogiques d’intégration « Pour favoriser la préparation de l’insertion professionnelle des jeunes présentant des difficultés cognitives, l’appui d’une ou plusieurs SEGPA doit être recherché.. Les SEGPA apportent leur concours en fonction des besoins des élèves, dans le cadre d ’ une démarche contractualisée. » voir si d’autres collèges dans ce cas peuvent être nommés .

la prise en compte des effectifs réels en SEGPA et le passage de « mini » segpa type 48 en segpa type 64.

la nomination de postes de coordinateur (directeur) dans toutes les SEGPA à temps plein ou partiel selon les effectifs.

 

28 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot, tous droits réservés.