www.snuipp.fr

SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot

Navigation

Vous êtes actuellement : Archives  / 2006/2007  / Action  / direction école 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
23 octobre 2006

Direction d’école : 2ème phase de discussion : c’est (mal) reparti !

Suite au maintien de notre pression, le ministre veut ouvrir une deuxième phase de discussion :

Voici le courrier du ministre appelant à une nouvelle phase de discussion qui est parvenu aux organisations syndicales.

PDF - 75.8 ko
lettre du ministre

Nos premiers commentaires :

1ère série de questions :

Ces premières questions sont de bonnes questions. Elles correspondent à de vrais besoins que le SNUipp a depuis longtemps soulignés. Que de véritables discussions s’ouvrent sur ces points est évidemment souhaitable. Le SNUipp y prendra toute sa place pour représenter la profession et obtenir qu’un véritable progrès soit accompli. Cela impliquerait que le ministre se refuse à entériner un accord qui ne soit pas ratifié par les organisations les plus représentatives de la profession.

2ème série de questions :

Cette deuxième série de questions soulève de nombreuses inquiétudes. On y voit très clairement l’orientation souhaitée par le ministre : la création d’un corps de directeurs d’école. Cette éventualité, repoussée par le SNUipp, rappelle le statut des maîtres directeurs que nous avions rejeté en 1987 au terme d’une mobilisation de toute la profession. En réalité, ce qui est sous-entendu dans la première question est encore plus grave : il ne s’agirait plus seulement d’un grade de directeur mais de la création d’un corps entraînant une véritable séparation des fonctions d’enseignant et de directeur. Le directeur deviendrait le supérieur hiérarchique des maîtres de l’école, exactement comme dans les établissements du second degré. Cette mesure serait un pas vers la division des équipes pédagogiques, au détriment de la cohésion nécessaire au travail collectif.

3ème série de questions :

Comme dans la série précédente, ces questions sont porteuses de bouleversements qui, pour le SNUipp, ne vont pas dans le bon sens. Les écoles attendent tout autre chose que leur transformation en établissements autonomes, dotés d’un statut juridique, administratif et comptable, ce qui accroîtrait la responsabilité des directeurs, tant sur le plan civil que pénal. La spécificité de l’enseignement primaire doit être respectée et ce n’est donc pas en calquant le fonctionnement des écoles sur celui des établissements du second degré que le ministère apportera les réponses que la profession attend.

 

79 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot, tous droits réservés.