www.snuipp.fr

SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot

Navigation

Vous êtes actuellement : Archives  / 2007/2008  / Snuipp46 et publications 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
27 juin 2008

Compte rendu de la CAPD du 25 juin 2008

Mouvement phase 2 : les résultats...

Temps partiel :

Lors de cette CAPD ont été abordées les demandes de partiel et leur compatibilité avec certaines fonction. L’administration revient sur la compatibilité de la fonction de directeur de 4 classes et + avec une demande de temps partiel. En organisant les décharges de telle façon que la personne effectuant celle-ci ne soit pas la même que la personne qui est nommé sur le temps de service ( exemple : une directrice d’une école à 4 classe sera remplacée sur le temps de sa décharge par un PE2 et le temps de son temps partiel par un complément de service), l’administration veut prouver que par intérêt de service, elle ne peut accorder le temps partiel. Pourtant les textes sont formels. Les directeur(trice)s ne peuvent pas être écarter du temps partiel surtout s’ils sont de droit. Demander qu’un(e) directeur(trice) signe une lettre indiquant qu’elle renonce à sa décharge, est une pression intolérable que fait subir l’administration aux collègues. Le SNUipp signale qu’il y a des possibilités d’arrangement : pourquoi s’arcbouter sur : les écoles à 4 classes ont une décharge effectuée par un PE2 alors qu’aucun texte l’y oblige ? On connaît tous la position de l’administration lotoise sur le refus d’accorder les temps partiel. Cette manière de faire rentre dans ce cadre. L’administration considère donc que les directions et les BD sont incompatibles avec le temps partiels faisant fi de la circulaire du mouvement qui ne précise pas les choses aussi clairement. Le SNUipp dénonce le mépris dans lequel l’administration tient les personnels et toutes les pressions que subissent les collègues comme faire le choix entre prendre un poste d’adjoint sur l’école ou alors de limiter le temps de décharge à 1/8 ( 1 jours toutes les 2 semaines ). Le SNUipp va étudier juridiquement les suites à donner.

Toujours en ce qui concerne les temps partiels : l’administration envisage de mettre à plat les décharges des maîtres formateurs. Jusqu’à présent, ces collègues bénéficiaient d’1/3 de décharges pour exercer leur rôle de maitres formateur avec un service à l’IUFM. Du fait du passage à 24h face aux élèves, l’IA envisage de n’accorder que ¼ de décharges.

Exeat / Inéat :

Le LOT est déficitaire, il manque de personnels. Devant cette situation, l’administration nous informe qu’il a décidé de bloquer les exeats sauf les 2 cas « médicaux » . En ce qui concerne les inéats, l’administration est prête à prendre les rapprochements de conjoints. Elle en intègre 3 d’office ( ceux dont les conjoints sont dans l’Education Nationale). Quelques départements n’ont pas encore les exéats.

Passage dans le corps PE :

La liste d’aptitude offrait 27 possibilités. 6 personnes ont candidaté. Elles ont été retenues. Toutefois la liste reste réouverte pour d’éventuelles demandes. N’hésitez à prendre contact avec le syndicat ( snu46@snuipp.fr) pour connaître les avantages et les inconvénients d’un passage dans le corps des PE.

Base élèves :

Le SNUipp a porté la revendication du collectif : on attend l’arrêté du ministre précisant les champs supprimés et la clé de codage pour éventuellement rentrer les élèves. L’IA maintient sa position. : les directeur(trice)s qui refuseront BE ( formation et inscription) n’auront pas effectué un travail donc 1/30 sera prélevé de leur salaire. Pour le SNUipp, ce passage en force est inadmissible. On ne comprend pas que d’un côté, il y a la volonté du ministre de voir dépasser les blocages et de l’autre, un volonté locale de passer coûte que coûte. Rappelons que BE est encore expérimental en phase de généralisation. Rien ne presse.

EVS :

C’est le jeu de la patate chaude : ce n’est pas ma faute mais celle de l’ANPE , non pas l’ANPE mais le Conseil Général etc, etc… Chacun se refilant le bébé. En fin de course, 24 CAV ne devraient pas être renouvelés même si leur 36 mois ne sont pas épuisés, plongeant ainsi 24 personnes dans le plus profond désarroi : aucune anticipation de la décision, aucun suivi de ces personnes, aucune proposition alternative, fini la perspective d’une validation des acquis de l’expérience ( 3 ans de travail minimum ). L’administration, quelle qu’elle soit est une machine qui ne s’encombre pas de l’humain !!!. Le Snuipp prend aussitôt contact auprès du conseil général pour intervenir en faveur de ces 24 collègues.

Formation continue :

En préalable , le SNUipp fait remarquer qu’il n’a eu les documents que la veille l’empêchant d’y travailler correctement. Il demande le report à la rentrée. Pour l’administration, il n’en est pas question. Le travail de la CAPD a certes permis de dégager des pistes et de retenir quelques candidatures qui devront être confirmées et complétées pour la rentrée. Beaucoup de stages ne sont pas calés.

 

79 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot, tous droits réservés.