www.snuipp.fr

SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot

Navigation

Vous êtes actuellement : Archives  / 2003/2004 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 mars 2004

Mobilisation plus forte que prévue dans l’Éducation nationale


 PARIS (Reuters) - La journée de grève et de manifestations à l’Éducation nationale et dans la Recherche a été marquée vendredi par une mobilisation plus forte que prévu contre les restrictions budgétaires décidées par le gouvernement Raffarin.Lycéens et étudiants se sont joints en masse au cortège, mené par des enseignants-chercheurs et des personnels de l’enseignement supérieur dont la banderole proclamait "Sauvons la recherche et l’université".

Les syndicats ont parlé d’un succès qui a dépassé leurs prévisions, avec des situations contrastées selon les régions

Le Snes-FSU, premier syndicat d’enseignants du second degré, a évalué entre 40% et 50% le nombre des grévistes. Dans le premier degré, le SNUipp-FSU a fourni une moyenne nationale de 40% de grévistes.

"L’objectif est atteint", . Cette bonne mobilisation s’explique par le fait qu’on arrive à un moment où les conséquences des décisions budgétaires du gouvernement apparaissent sur le terrain", s’est félicité Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, la première fédération de l’Éducation nationale.

Plusieurs rassemblements ont été organisés en province, les syndicats faisant là aussi état d’un "important succès" avec notamment 10.000 manifestants à Toulouse et Marseille, 5.000 à Lyon et Bordeaux (respectivement 10.000, 5.000, 4.000 et 3.000 selon la police).

"Le gouvernement ne peut plus continuer à faire la sourde oreille", a affirmé Patrick Gonthier, secrétaire général de l’Unsa-Éducation. "La mobilisation est de retour", a-t-il dit, en soulignant que les chiffres de participation à la grève "sont excellents".

INQUIÉTUDES

Les quatre principales fédérations de Éducation (FSU, Sgen-CFDT, Unsa-Éducation et Ferc-CGT), rejointes par le syndicat étudiant Unef et la fédération de parents d’élèves FCPE, protestent contre 4.500 suppressions de postes à la rentrée prochaine et contre la baisse de 18.000 à 12.000 du nombre des postes d’enseignants mis au concours.

Au total, selon les chiffres fournis par le ministère, 1.610 suppressions d’emplois sont programmées à la rentrée de septembre dans le second degré (collèges et lycées), ainsi que 1.460 créations d’emplois d’enseignants dans le premier degré et 150 créations de postes de personnels d’éducation, d’inspection et de direction.

ET MAINTENANT ?

Les fédérations de Éducation, qui dénoncent les suppressions de postes prévues à la rentrée prochaine, les restrictions budgétaires, ou encore le transfert des personnels non-enseignants (ATOSS) aux régions dans le cadre de la décentralisation, parlent de « succès » et ont prévu de se revoir le 22 mars pour décider des suites à donner au mouvement.

 

79 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot, tous droits réservés.