www.snuipp.fr

SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot

Navigation

Vous êtes actuellement : Archives  / 2009/2011 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er février 2010

Communiqué de presse SNUipp-FSU, sur les rythmes scolaires

L’Académie de médecine, vient de publier un rapport, celui-ci va-t-il êter un pavé jeté dans la mare...

Rythmes : le ministère doit cesser de se défausser

L’Académie de médecine, vient de publier un rapport mettant en avant l’absence de cohérence entre le rythme de l’enfant et l’organisation de la journée et de la semaine scolaires. Les conclusions de l’Académie de médecine confirment nombre d’observations relevées par les enseignants des écoles et les résultats des recherches sur les rythmes de l’enfant.

La suppression brutale du samedi matin par Xavier Darcos, l’aide personnalisée et l’absence de concertation avec les enseignants et les collectivités locales sur les différentes possibilités ont conduit à adopter un fonctionnement sur quatre jours dans la plupart des écoles.

Le SNUipp rappelle que l’organisation du temps scolaire doit s’effectuer d’abord en pensant à l’intérêt des élèves et que cela nécessite un dialogue approfondi entre l’Education Nationale, les enseignants, les chercheurs, les collectivités territoriales et les parents d’élèves. En effet l’organisation du temps scolaire doit également tenir compte de plusieurs facteurs comme l’évolution des conditions de vie, les transports scolaires ou encore la structuration du temps périscolaire.

Cette organisation ne peut pas s’effectuer école par école et le ministère doit cesser de se défausser. Il lui revient de mener des études sur les différents types d’aménagement du temps et leurs conséquences en matière d’apprentissage, de consulter les enseignants et d’organiser une concertation avec les élus locaux et les associations partenaires de l’école afin de fournir les éléments nécessaires à des prises de décisions.

Les observations de l’Académie de médecine confirment la nécessité d’une remise à plat de l’organisation de la semaine et de la journée scolaires que demande le SNUipp. C’est en ce sens que le Conseil Supérieur de l’Education avait adopté un voeu demandant la création d’un groupe de travail. Le SNUipp regrette que celui-ci ne soit toujours pas mis en place et, pour sa part est disponible pour participer à un observatoire des rythmes de l’enfant.

Paris, le 28 janvier 2010

Du côté de la FCPE :

Elle attend le « lancement du véritable débat sur les rythmes » scolaires promis par le ministre de l’Éducation nationale, indique-t-elle dans un communiqué jeudi 28 janvier 2010.

« Une nouvelle fois, les scientifiques dénoncent comme la FCPE les effets dévastateurs de la semaine de 4 jours », indique la fédération de parents d’élèves. « Quatre jours de classe en primaire avec six heures de cours par jour, c’est beaucoup trop ! », s’insurge-t-elle.

Elle prévient que « forte de l’unanimité des chercheurs, elle abordera les discussions avec confiance mais s’attachera à ce que des décisions concrètes soient prises pour mettre fin aux aberrations pédagogiques et de santé actuelles. La journée de classe des élèves doit être allégée dans le primaire mais aussi dans le secondaire ». La FCPE réclame « des journées de sept heures au maximum et une pause le midi d’au moins 1h30 pour chaque élève ».

 

79 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp 46 : syndicat des enseignants du premier degré du Lot, tous droits réservés.