www.snuipp.fr

SNUipp-FSU46 : syndicat des personnels des écoles.

Navigation

Vous êtes actuellement : Actu 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 mai 2021

Programmes maternelle : des évolutions mais...

La note du CSP de décembre 2020 bousculait totalement les bases des missions de l’école maternelle. Le SNUipp-FSU, enfin consulté, a œuvré à des réelles évolutions évitant des apprentissages formels systématiques et concentrés sur des "fondamentaux". Toutefois, les réorientations continuent de faire peser sur cette première école une anticipation précoce, en particulier avec une place à des notions codifiées au détriment d’une construction progressive du langage ou du nombre.

Des ajustements aux programmes de maternelle devraient être présentés lors du Conseil Supérieur de l’Education le 27 mai prochain. On pourrait dire qu’ils reviennent de loin si on se souvient de la note produite par le Conseil Supérieur de Programmes en décembre dernier. En effet, cette note remettait en cause les fondements de l’école maternelle en proposant des apprentissages souvent sous forme de "rabâchages" sur-individualisés. Une conception éloignée à la fois de la bienveillance attendue et d’une visée égalitaire et émancipatrice de l’école qui avait légitimement engendré consternation et protestation.

Des évolutions notables

Pour contrecarrer le projet initial inacceptable, le SNUipp-FSU a pris l’initiative de réactiver le collectif "forum maternelle" avec la publication de la tribune "Défendons l’école maternelle". Après la tenue du webinaire "Maternelle attaquée : quelle riposte ?" réunissant près de 1 500 enseignant.es, le SNUipp-FSU prolonge la réflexion avec un colloque le 1er juin "Maternelle : il faut voir grand pour les petits". En parallèle le syndicat, enfin consulté, est intervenu lors de groupes de travail œuvrant à une évolution des propositions.

Les modifications entre la note de décembre donc et ce qui sera proposé lors du CSE sont des avancées et constituent un premier soulagement.

Par exemple, la place du jeu a été renforcée, la progressivité en phonologie s’est assouplie, une reconnaissance de la richesse du multilinguistique prenant appui sur les cultures familiales et le cadre collectif dans lequel s’inscrivent les apprentissages est rappelé. D’autres points, tels qu’une recontextualisation du vocabulaire ou la suppression de la description normée des formes géométriques, ont également évolué.

Toutefois...

Malgré de nombreuses avancées permettant de maintenir l’identité de l’école maternelle, plusieurs éléments restent problématiques, entre autre dans le domaine "structuration de la pensée" ou celui de la maîtrise du nombre. La confusion entre langue et langage perdure, donnant une place surdimensionnée à la correction syntaxique d’une langue normalisée au détriment de l’expression orale et du langage comme constitutifs de la construction de la pensée. De même, la place donnée au comptage-numérotage fragilise la construction du nombre comme expression d’une quantité. Les "garde-fous" contre l’importation d’attendus et d’activités issus du cycle 2, présents dans les programmes de 2015, disparaissent et risquent d’induire les pratiques vers des objectifs normatifs et précoces. Les modifications de l’évaluation positive comme des ajouts en phonologie ou sur l’oral, font également peser sur l’école première une anticipation dans une forme répétitive des enseignements du CP. De plus, un balisage trop figé par niveau de classe perdure au détriment de la progressivité souple du cycle 1 .

Pour le SNUipp-FSU, ces révisions réorientent encore trop les missions de l’école maternelle ; il proposera de nouveaux amendements lors du CSE afin de restaurer l’équilibre que constituaient les programmes de 2015 en défendant l’idée d’une école qui porte les ancrages d’une école ambitieuse pour toutes et tous.

 

Répondre à cet article

 

148 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU46 : syndicat des personnels des écoles., tous droits réservés.